Art et culture

La culture sénégalaise

La culture sénégalaise est très riche et très dépaysante pour les européens.
Voici quelques conseils qui vous permettront de la découvrir pleinement quand vous serez au Sénégal.

1. Les rencontres
2. La pratique de la religion
3. Le repas
4. Le thé
5. La mendicité et l’aumône
6. La vie de tous les jours
7. Fiche d’identité
8. Les sites d’actualités

Les rencontres
Les salutations et la politesse sont extrêmement importantes. Dire bonjour aux personnes rencontrées, même si on ne les connaît pas est naturel au Sénégal.

Si on vous dit « Salamaleikum » vous pouvez répondre par « Waleikum Salam ». Les sénégalais qui vous connaissent vont aussitôt s’empresser de demander des nouvelles de votre famille, vous demander si les affaires (le travail) vont bien … Surtout prenez le temps d’y répondre (et même de leur demander également des nouvelles de leur famille), ce sera une grande marque de respect.

La pratique de la religion

Au Sénégal, 95% de la population est musulmane.

Souvent la religion islamique est associée à l’idée de religion fermée, avec de plus, parfois des amalgames lui donnant une mauvaise image. Vous allez avoir la chance de découvrir au Sénégal des personnes à l’esprit très ouvert, et je suis sûr que vous reviendrez de ce voyage avec à l’esprit l’image d’une religion musulmane très tolérante.

L’islam demande cinq prières quotidiennes, à des heures bien précises, faites après des ablutions rituelles. Ne vous étonnez donc pas de voir certaines personnes se laver les pieds, la tête et les mains sur le bord du trottoir, ou votre boutiquier abandonner ses clients sans préavis pour prier derrière le comptoir. Patientez, tout ça est très naturel.

Le repas
Le repas se prend le plus souvent accroupi par terre ou assis sur un petit tabouret, dans un plat commun, et souvent avec la main.
Déchaussez vous avant de marcher sur la natte, lavez vous les mains et n’utilisez que la main droite, la gauche étant réservée à d’autres usages. On ne boit généralement qu’une fois le plat principal fini.
Pour son hôte, la maîtresse de maison enlèvera les arêtes du poisson ou lui donnera les meilleurs morceaux : n’en soyez pas gêné.

Le thé
La cérémonie du thé est très importante.

Cela ressemble un peu à l’apéritif en France. A ceci près qu’il arrive souvent que l’on fasse du thé plusieurs fois par jour. Tout comme, me direz-vous, chez certaines familles (vendéennes, bretonnes …), chez qui l’on prend également l’apéritif plusieurs fois par jour (surtout en période de vacances).

Le thé sénégalais n’a rien a voir avec le thé ou la tisane de chez nous. Là bas il est minutieusement préparé : le thé doit être bien cuit pour libérer toute sa saveur, et le rituel qui permet d’obtenir une bonne mousse est des plus importants (je vous conseille d’essayer, c’est très amusant vous verrez …) : plus elle est épaisse plus le thé est réussi.
Sa préparation peut durer assez longtemps et lorsqu’on est invité à boire la première tasse, il faut attendre les deux suivantes !! En effet, « l’ataya » se boit en trois fois allant du plus fort au plus doux ( plus sucré ).

C’est un moment convivial qui permet d’entrenir de grandes discussions avec ses proches et ses amis.

La mendicité et l’aumône
L’aumône est un des 5 piliers de l’islam. Le premier sens du mot arabe zakât est purification.

Non destiné à demander de l’argent aux touristes (comme pourraient le croire un bon nombre de personnes n’ayant pas tout compris), il est destiné à aider les pauvres et les plus démunis. Il concerne tout le monde au Sénégal, où l’entraide et la solidarité sont les grandes forces du pays. Même les sénégalais ayant très peu d’argent donnent aux plus pauvres qu’eux.

En essayant de détacher au possible les gens du matérialisme, il a pour but de purifier l’âme humaine de l’avarice, de l’avidité et de la convoitise.
La zakât favorise ainsi une véritable entraide sociale en étant une œuvre d’utilité public.

Vous serez sans doute surpris de rencontrer beaucoup de mendiants, dont des personnes handicapées par la polio ou la lèpre. Donnez une petite pièce si vous le pouvez, et surtout un grand sourire. Faire l’aumône au moins une fois par jour est une recommandation de l’Islam. Quand on a déjà donné l’aumone à un premier mendiant, on peut dire à tout autre demandeur : « egg na » qui signifie « c’est arrivé » (l’aumône est arrivée au ciel).

La vie de tous les jours
L’interpellation : pour appeler quelqu’un dans la rue, interpeller un taxi …, on fait « PSSST ». Cela n’a rien d’impoli, contrairement à ce que certains pourraient croire, … et c’est efficace (toute la rue se retourne en général !).

Le marchandage : un des objectifs du marchandage est de faire baisser les prix, mais il s’agit avant tout d’un échange. Prenez votre temps, parlez d’autre chose, exclamez-vous bien fort. Plus longue sera la discussion, plus vous aurez l’estime de votre interlocuteur.

L’avenir est, par définition, entre les mains de Dieu. Faites donc suivre vos phrases au futur par « Inch Allah » (si Dieu le permet), qui ne signifie pas du tout « peut-être ».

Les plaisanteries : les sénégalais aiment bien se taquiner gentiment entre eux, si vous aimez également cela alors ne vous en privez pas … cela fait partie de la culture et ils apprécieront.

Les bonnes et employées de maison : avoir une bonne n’est pas le symbole d’une vieille aristocratie sur le retour. Avoir une bonne, c’est d’abord fournir un emploi à quelqu’un, qui pourra alors en embaucher une autre pour sa famille…

Fiche d’identité

Informations générales :
Superficie : 196 722 km2
Langue officielle : Français
Autres langues : Wolof, poular, sérère, diola, mandingue
Hymne nationale : Le Lion rouge
Population : 12 853 259 hab. (en 2008)
Monnaie nationale : Franc CFA
Capitale : DAKAR
Villes principales : Thiès, Kaolack, Ziguinchor, Saint-Louis
Régime politique : République
Nom officiel : République du Sénégal
La devise nationale : « UN PEUPLE, UN BUT, UNE FOI »
Les sites d’actualités
Les principaux sites d’actualités :
www.seneweb.com
www.lequotidien.sn

ART ET CULTURE

Découvrez l’art et l’artisanat, la mode, la musique et la danse, les centres culturels et les galeries d’art, les musées à visiter, le cinéma sénégalais, la mode et les stylistes…

Grâce notamment au président Léopold Sedar Senghor, compositeur de l’hymne national, le Sénégal a très tôt favorisé l’art et la culture. Plusieurs structures de promotion ont été mises en place, aboutissant à plusieurs générations d’artistes dont certains sont mondialement connus. Aujourd’hui, le Sénégal bouge tout en gardant vivantes ses traditions.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*